agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Arcs et ogives

Terre de bâtisseurs, l’Aisne est un berceau de l’art gothique.

Ce sont les Italiens de la renaissance qui qualifièrent de « gothique » l’architecture qui s’était développée dans tout le nord de l’Europe à partir du XIIe siècle. On parlait avant cela de « francigenum opus » ou « art français ». Elle prend son essor en Île-de-France qui s’étend alors jusqu’à Laon et inclut également le Soissonnais.
Gauthier de Mortagne lance la construction de Notre-Dame de Laon dès 1155, avec un peu d’avance sur Sully qui entreprend Notre-Dame de Paris à partir de 1163, les similitudes entre les deux édifices sont d’ailleurs frappantes. La concurrence est sévère entre les grands centres religieux et le clergé dispose de moyens colossaux, la collégiale de Saint-Quentin qui s’élance à partir de 1170 bénéficie de plus de l’influence des Comtes du Vermandois à la cour du Roi. Soissons se lance dans la course en 1176 avec la cathédrale Saint-Gervais-et-Saint-Protais dont le chantier s’étendra sur trois siècles. Les abbatiales poussent de concert à Essômes-sur-Marne, Longpont, Braine, Saint-Michel, renforçant l’attrait du territoire pour les pèlerins déjà nombreux à venir jusqu’à Liesse. Jalonné du nord au sud de flèches élancées, l’Aisne est un incontournable du gothique !

L’Aisne, berceau du style gothique

La cathédrale de Laon Du haut de la cathédrale de Laon Cathédrale de Laon La cathédrale de Soissons La basilique de Saint-Quentin