agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Au fil de l’Oise

Serpentant dans le bocage, la rivière se laisse descendre à la pagaie.

L’Oise en canoë, vous connaissez ? Robert Louis Stevenson, l’auteur de « L’île au trésor », s’y est essayé en 1876 et a même décrit son périple dans son livre « En canoë sur les rivières du Nord ». Il l’avait descendue à partir de Vadencourt, là où elle est déjà profonde. Or, plus en amont, en pleine Thiérache entre Etréaupont et Englancourt, son cours est plus vif tout en restant accessible aux débutants : c’est là qu’on trouve aujourd’hui de nombreux canoës à louer.
Raymond Prédhomme, président du Club de canoë kayak Evasion, parcourt l’Oise depuis de nombreuses années. « Elle est encore très naturelle, bordée de saules, d’aulnes, de peupliers et d’aubépines et peuplée par des oiseaux d’eau comme le cincle plongeur, le martin-pêcheur, l’hirondelle de rivage ou encore le grèbe castagneux.  » C’est donc un paradis pour les férus de nature, mais aussi pour les amateurs de sensations : « la rivière parcourt de nombreux méandres, il y a de petits rapides et on est parfois poussé sur les bords. Mais cela reste sans danger car on navigue à la vitesse d’un piéton.  » Et pour faire une pause ? « Rien de plus simple : on trouve régulièrement des gravières pour débarquer et de jolis coins herbeux pour pique-niquer ». Alors seul, à deux ou à trois par embarcation, durant deux heures ou tout au long d’un week-end, laissez-vous tenter par cette façon rafraîchissante de découvrir la Thiérache !

Au fil de l’Oise