agrandir le texte réduire le texte imprimer la page
Communiqué : redynamisation des sites de défense axonais

2012

Communiqué : redynamisation des sites de défense axonais

Publié le 20 avril 2012

Au cours d’une session extraordinaire, le Conseil général de l’Aisne approuve à l’unanimité le projet de contrat de redynamisation des sites de défense axonais (CRDS).

Vendredi 20 avril 2012 :

«  Le projet de CRSD, mes chers collègues, ouvre un nouveau chapitre d’un avenir qui se dessine chaque jour pour notre département  ». Ainsi Daudigny, Sénateur de l’Aisne et Président du Conseil général de l’Aisne, a-t-il introduit le débat sur le CRSD.

Cette délibération s’inscrit dans le contexte du plan de redéploiement des armées décidé par le gouvernement en 2008. Ce plan national touche directement le département de l’Aisne, avec le départ du 1er régiment d’artillerie de marine implanté sur le site de Laon/Couvron.

Pour l’Aisne, ce départ équivaut à la perte d’un millier d’emplois, avec des répercussions sur l’équilibre de tout un bassin d’emploi.

Une enveloppe budgétaire de l’Etat, à hauteur de 10 millions d’euros, est prévue à titre de compensation dans le cadre du CRSD.

En quoi consiste ce projet de reconversion ?

- Aménagement d’un autodrome sur le site de l’ancienne caserne Mangin, porté par la société MotosportVision. Cette infrastructure constitue un élément déterminant du projet.

Ce projet est porté par Jonathan Palmer, qui investira en fonds propres plus de 10 M€. A son actif, déjà 5 circuits en Grande-Bretagne. Ce professionnel a décidé de faire de Couvron le 1er circuit européen en matière de loisirs sportifs haut de gamme.

Ce projet correspond à un ensemble d’équipements : trois circuits, respectivement de 7,2, 3,8 et 2 km, trois pistes de kart, dont deux classiques et un anneau de courses, deux pistes de 4x4. A ces circuits s’ajoutent des infrastructures telles que piste d’aviation pour recevoir la clientèle (déjà existante), immeubles et ateliers dédiés aux courses, à la préparation des voitures, au stockage ainsi qu’à l’accueil d’événements sportifs.

L’activité pourrait commencer en 2014 générant dès son démarrage la création d’une centaine d’emplois dans les métiers d’ingénieurs, d’instructeurs, dans les métiers de l’accueil, de l’entretien…

D’ici cinq ans, période de montée en puissance d’une telle activité, eu égard aux expériences antérieures des circuits en Grande-Bretagne, le site peut générer 250 emplois directs.

- Le site pourrait également accueillir des activités en synergie, sur la centaine d’hectares non dévolue à l’autodrome.
Sont actuellement étudiées avec attention des pistes autour de l’implantation d’une centrale photovoltaïque qui pourrait engendrer une activité ovine, de la création d’un cluster lié aux véhicules décarbonés et de la création d’un data center.

- Le contrat de redynamisation ne se limite pas à l’ancienne base militaire, mais repose sur une aire géographique plus large, qui englobe la ZONE DU GRIFFON, située à l’entrée de l’autoroute A26. Cette zone stratégique constitue un enjeu majeur de développement et d’attractivité, générateur d’activités et créateurs d’emploi.

L’accent est particulièrement mis sur le pôle IAR (INDUSTRIES AGRO-RESSOURCES), autour de l’INRA et du LDAR (Laboratoire départemental d’Analyses et de Recherches).

Au total, le plan d’actions du CRSD s’élève à plus de 38 Millions d’euros.
Les co-financements sont les suivants :

  • 10 M€ mobilisés par l’Etat
  • 10 M€ en fonds propres de Jonathan Palmer
  • 1,1 Communautés de communes – Pays de la Serre et Laonnois
  • 2 M€ Ville de Laon
  • 1,5 M€ Syndicat Mixte de la zone du Griffon
  • 4,8 M€ Conseil régional de Picardie
  • 4,8 M€ Conseil général de l’Aisne
  • 3 M€ attendus par l’Agence de l’Eau

Cette délibération de l’Assemblée départementale s’est conclue par un vote à l’unanimité des voix. Dans l’actualité d’une période où les sensibilités politiques sont exacerbées, ces considérations ont été dépassées et balayées, ne laissant primer que l’intérêt général. Un signe fort adressé aux citoyens et qui, a conclu Yves Daudigny, « donne à l’action publique toute sa noblesse ».


l'Aisne sur le net