agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Discours des vœux du Président

Publié le 9 janvier 2017

Le vendredi 6 janvier, Nicolas Fricoteaux, Président du Conseil départemental de l’Aisne, s’est adressé aux représentants des territoires et aux partenaires pour leur adresser ses vœux.

Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs les Conseillers régionaux, départementaux, Chers Collègues,
Mesdames et Messieurs les Maires et les élus municipaux,
Mesdames et Messieurs, en vos divers grades, fonctions et qualités,
Chers Amis,

C’est avec beaucoup de plaisir que je partage ce soir avec vous, partenaires de notre collectivité et forces vives du Département de l’Aisne, le passage vers une année nouvelle, une année 2017 avec des doutes et des difficultés mais une année également pleine de promesses, de perspectives et de projets menés par le Conseil départemental.

Le terme de l’année 2017 marquera également l’achèvement de la première moitié du mandat que les Axonais ont confié à leurs Conseillers départementaux.

Ce mi-mandat sera une échéance particulièrement importante pour notre collectivité.

C’est en effet en 2018 que les efforts de gestion que nous avons engagés depuis 2015 et que les reconfigurations des politiques départementales produiront leurs premiers effets et nous redonneront de meilleures marges de manœuvre ; à la mesure de l’ambition que nous portons pour l’Aisne.

Vous savez toutes et tous que la situation financière dégradée du Conseil départemental est, en premier lieu, le fait de la baisse des Dotations de l’État et de la hausse simultanée et continue des dépenses d’aide sociale obligatoire non compensées.

Malgré ces contraintes financières très fortes, au prix d’un effort mesuré et équitablement réparti, il est important de rappeler que le Conseil départemental a maintenu ses partenariats avec le monde associatif, culturel et sportif.

Beaucoup d’autres Départements n’ont pas eu la même approche que nous, et ont opéré de très importantes baisses budgétaires, voire des suppressions de politiques.

Cela n’a pas été le cas dans l’Aisne, car, avec l’exécutif, nous avons privilégié une toute autre approche ; celle du pragmatisme et du dialogue.

Depuis deux ans, et malgré les difficultés, notre collectivité a su conserver les moyens nécessaires pour accompagner d’importants projets pour les territoires tel le lancement de la 3ème phase du projet économique, touristique et culturel de valorisation du Familistère de Guise.

Pour 12 millions d’euros cofinancés par L’État, le Département, l’Europe et la Région, l’aile gauche du Palais Godin sera réhabilitée, 75 appartements rénovés et un hôtel devrait trouver place sur le site.

Depuis l’année 2015, répondant au besoin vital et urgent d’équipement des communes rurales, nous avons mobilisé davantage de crédits pour le déploiement du Très Haut Débit et de la fibre optique afin de contribuer à accélérer le rythme des travaux menés par l’USEDA.

Grâce à cet effort, 400 kilomètres de réseau fibre ont déjà été installés, 15.000 foyers passent en commercialisation et les premiers abonnés « ruraux » bénéficient de la fibre optique depuis le mois de décembre.

Autre bonne nouvelle, la société Free, en plus de l’offre du Fournisseur d’Accès à Internet Bouygues Télécom, a récemment annoncé qu’elle proposera elle aussi en 2017 des solutions à destination des entreprises et des particuliers sur le réseau « fibre » des territoires ruraux.

Je me réjouis que notre département puisse sans doute être le premier à en bénéficier en France.

Un dernier grand projet fait également la fierté de notre collectivité.

Initié par la précédente majorité, nous avons confirmé puis dégagé les moyens nécessaires au financement du futur centre départemental des archives et de la bibliothèque départementale de prêt, dont le coût est de 20 millions d’euros.

Situé parc Foch, à proximité des locaux d’autres services du Département, ce centre ultra moderne de conservation de notre patrimoine, qui sera ouvert l’année prochaine, proposera 40 kilomètres de linéaires, accueillera les collections de la Caverne du Dragon, un centre de conférences et une salle de lecture connectée.

En deux ans, outre la consolidation de nos partenariats et le lancement de grands projets structurants pour l’Aisne, nous avons également mené d’importantes réformes et conduit à leur terme des dossiers stratégiques.

Le premier d’entre eux fut de sécuriser la dette du Conseil départemental. Vous le savez, le Département avait souscrit des emprunts structurés. A titre d’exemple, un de ces emprunts a atteint le taux de 41% d’intérêts en 2016.

Il n’aurait pas été responsable de laisser planer plus longtemps un tel risque financier sur notre collectivité.

Avec le soutien de l’État, nous avons donc mené à son terme une intense renégociation de nos prêts pour sortir de ces emprunts toxiques. Cette renégociation nous impose hélas de nous acquitter de 60 millions d’euros d’indemnités de remboursement anticipé, 60 millions d’euros qui n’iront pas à l’investissement et à l’économie locale.

Tout en adaptant notre action aux changements majeurs imposés par la Loi NOTRe et la perte de la compétence générale, nous avons mis notre collectivité en conformité avec le cadre national du temps de travail hebdomadaire, les 35 heures, cadre auquel le Conseil départemental dérogeait depuis 2001.

Une autre réforme d’importance a été menée dans le dialogue à savoir la modification des contributions des communes de l’Aisne au financement du service d’incendie et de secours.

L’objectif de cette réforme était de valoriser le volontariat et de mieux répartir la charge financière entre les collectivités en prenant en compte le potentiel fiscal des communes et l’utilisation du service.

Ces paramètres de péréquation ont parfaitement été compris et acceptés par les élus locaux.

Ces mêmes élus ont également compris que le Département était contraint par la Loi NOTRe d’arrêter son dispositif de financement d’aide aux frais de cantine pour les enfants des écoles fermées ou regroupées, tel qu’il existait auparavant.

C’est un fait, la Loi nous interdit de financer le fonctionnement d’une compétence communale et le Département a réagi en proposant pour deux années un nouveau dispositif.

Il était inenvisageable de laisser les familles désemparées face à une échéance financière brutale.

De la même manière, l’Assemblée départementale a adopté un nouveau dispositif permettant de continuer à financer les séjours éducatifs pour les enfants des classes primaires.

Avec le vote de ces aides en 2016, le Département a assumé son rôle de chef de file des solidarités humaines, tout comme nous avons assumé notre rôle de chef de file des solidarités territoriales en augmentant, dès 2015, d’un million d’euros les moyens alloués à l’entretien et à la rénovation du réseau routier départemental.

Par ailleurs, il est important de rappeler que ces actions, nouvelles ou amplifiées, ont été menées tout en maintenant les financements des projets du bloc communal (CDDL ou FDS).

2016 fut enfin l’année où le Département s’est beaucoup investi en faveur du soutien à l’agriculture et aux agriculteurs.

Face aux grandes difficultés de cette profession, en septembre dernier, l’Assemblée départementale adoptait son plan de soutien à l’élevage.

Je remercie Pascale GRUNY et Jean-Pierre BONIFACE qui ont été particulièrement actifs dans ce dossier et pour leur implication dans toutes les problématiques agricoles en général.

Ce plan, volontariste de 300.000€, accompagne les éleveurs dans l’optimisation de leur exploitation et, en 2017, je présenterai des dispositifs de soutien à la diversification agricole lors du vote du budget.

De la même façon, afin de promouvoir les circuits courts, je proposerai d’augmenter les moyens mis à disposition des collèges pour l’achat des denrées alimentaires pour la restauration scolaire.

Par ce choix, nous souhaitons clairement privilégier et soutenir les producteurs locaux et favoriser la qualité des aliments servis à nos enfants.

Au titre des réalisations marquantes en 2016, je n’oublie pas l’adoption du nouveau schéma départemental du tourisme, document stratégique pour le développement de la filière à la fois économique et culturelle qu’est le tourisme dans l’Aisne.

Il y avait en effet urgence à revoir ce schéma de développement dont la dernière mouture était quelque peu datée puisqu’arrêtée en 2002…

Vous constatez à l’évidence que ni les difficultés financières, ni les difficultés réglementaires et encore moins les difficultés institutionnelles n’empêchent la majorité Départementale d’agir, de réformer, de créer, d’innover et d’investir.

Le projet budget de l’année 2017 que l’Assemblée départementale examinera la semaine prochaine a été construit avec cette même ambition.

En ce sens, l’année 2017 sera une année volontariste.

Année volontariste, d’abord puisque nous innoverons en mettant en œuvre de nouveaux dispositifs structurants pour nos territoires et, en premier lieu, le nouveau Fonds Départemental de Solidarité.

Je remercie Pierre-Jean VERZELEN pour l’important travail qu’il mène sur ce dossier.

Le montant annuel de ce programme de modernisation du réseau routier est actuellement de 7 millions d’euros, et le FDS est un outil stratégique pour nos territoires et pour l’activité économique du département.

En effet, entre 2006 et 2014, les 55 millions d’euros consacrés à l’abondement de ce fonds ont déclenché 187 millions d’euros de travaux, soit un effet levier de 5,5.

Le FDS devait néanmoins être rénové car ce dispositif présentait l’inconvénient de générer des écarts excessifs entre les subventions obtenues et les cotisations versées par certaines communes dites « contributrices ».

Afin de sauvegarder ce dispositif de solidarité qui est aujourd’hui en danger, nous souhaitons ajuster le niveau des interventions afin de trouver un nouvel équilibre.

Nos premières réflexions en la matière, je le crois, sont approuvées par les élus locaux et l’Union des Maires de l’Aisne mais le dialogue se poursuit et l’Assemblée départementale en décidera.

2017 sera également mise à profit pour rénover un autre dispositif important : le Contrat Départemental de Développement Local.

Ainsi que j’ai pu l’évoquer avec l’ensemble des Conseils communautaires lors des comités de pilotage du CDDL, ce fonds d’aide à l’investissement du bloc communal doit être rénové pour mieux prendre en compte de nouvelles priorités d’investissement et privilégier la mise en œuvre d’équipements structurants pour les territoires, notamment les plus ruraux.

Ces deux politiques territoriales majeures que sont le FDS et le CDDL vont bien évidemment intégrer les orientations du futur schéma départemental d’accessibilité des services au public.

Cette année, en effet, avec les services de l’État et je vous remercie M. le Préfet pour l’excellente collaboration que nous menons sur ce dossier, nous finaliserons ce document stratégique.

Instauré par la Loi NOTRe, face aux problématiques de fermeture de certains services publics, face aux déserts médicaux ou encore, face à l’absence de commerces de base dans les territoires, ce schéma définira des actions et des secteurs prioritaires pour mieux répondre aux besoins des Axonais.

Au-delà du schéma départemental d’accessibilité, en 2017, nous mettrons également en œuvre le schéma départemental des usages numériques afin d’accompagner dans l’Aisne le virage majeur pour tant de domaines d’application qu’est le digital.

Concernant le volet social, nous avons adopté l’an dernier le nouveau Plan Départemental d’Insertion, le PDI 2016-2020.

Ce plan intensifiera nos actions en 2017 afin de favoriser le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA. C’est une impulsion forte qu’a été donnée à notre PDI et je remercie Isabelle LETRILLART, Carole DERUY et Freddy GRZEZICZAK pour le suivi et la mise en œuvre de tous ces dispositifs d’insertion.

Comme toutes les collectivités, le Conseil départemental porte une grande responsabilité dans le domaine de la préservation de l’environnement et du développement durable.

J’ai demandé à Bernadette VANNOBEL et à la commission qu’elle préside de faire des propositions à notre Assemblée sur ces thèmes majeurs pour notre avenir à tous.

De même, j’ai sollicité le président du syndicat Valor’Aisne, afin que nous donnions davantage d’impulsion à la politique départementale de réduction et de valorisation des déchets.

Bien que le Gouvernement nous impose, cette année encore une baisse de Dotation de plus de 9 millions, notre section d’investissement sera très significative et nous permettra de financer de nombreux projets en 2017 pour un montant total de 85 millions d’euros.

Cette enveloppe conséquente, que nous avons pu maintenir avec nos efforts de gestion, va nous permettre de continuer à moderniser nos collèges, de rénover le patrimoine historique dans nos communes, de sécuriser nos routes mais également d’accompagner la construction de nouveaux logements en lien avec la mise œuvre du nouveau Plan Départemental pour l’Habitat.

2017 sera enfin l’année du basculement de la compétence "transports scolaires" du Département vers la Région.

Nous sommes tous attachés à ce service de proximité et nous travaillons beaucoup afin que ce transfert imposé par la Loi se fasse dans les meilleures conditions pour les usagers, les familles et les enfants.

Dans ce cadre, concernant la RTA, avec Thomas DUDEBOUT, Président du Conseil d’Administration de la régie, nous serons particulièrement vigilants quant à la situation future des 450 salariés de l’entreprise.

Les changements institutionnels et législatifs ont été nombreux ces dernières années.

Après avoir entendu le Chef de l’État prononcer la fin des Départements en 2014, avant de se raviser, il semble évident que la question de l’avenir des Départements sera posée lors des prochaines échéances démocratiques.

Pour ma part, avec la mise en place des grandes régions, je considère que les Départements ont confirmé la place qui est la leur dans l’action publique de proximité.

Bien plus, aucune autre collectivité n’est capable de faire vivre et d’animer les politiques de solidarité dont le Conseil départemental est chef de file.

Je ne peux conclure mon propos de ce soir, sans évoquer ce qui sera un grand évènement en 2017 ; à savoir la commémoration du Centenaire de la Grande Guerre.

Avec l’État, les services du Département, sous la responsabilité de François RAMPELBERG, travaillent intensément et de longue date, sur les célébrations qui se succèderont les mois prochains.

L’acte majeur de ces célébrations sera le week-end du 16 avril 2017, date anniversaire de la bataille du Chemin des Dames. Les commémorations se dérouleront à Craonne, à la Caverne du Dragon et à Cerny-en-Laonnois durant ces deux journées qui auront assurément un retentissement national.
Nous attachons toutes et tous beaucoup d’importance à la préparation de ce qui sera un moment de forte cohésion entre les Axonais.

De nombreuses autres manifestations ou cérémonies auront lieu dans le cadre de ce Centenaire pendant l’année 2017.
Je compte aussi sur vous tous pour leur pleine réussite.

Avant de vous inviter à partager le verre de l’amitié, je souhaite remercier le lycée hôtelier de Soissons qui participe ce soir, comme chaque année, au bon déroulement de ce moment de convivialité, de partage et de sympathie.

Vive 2016, vive le Conseil départemental de l’Aisne, excellente année à toutes et à tous !

Nicolas Fricoteaux