agrandir le texte réduire le texte imprimer la page
L'Aisne n°205 est en ligne

2014

L’Aisne n°205 est en ligne

Publié le 4 novembre 2014

Le numéro de novembre/décembre du magazine L’Aisne est en ligne et distribué dans les foyers du département. Retrouvez sur aisne.com des suppléments aux articles de la version papier.

Le nouveau magazine L’Aisne vient de paraître. Un dossier est consacré à la filière agroalimentaire du département avec les produits phares "made in Aisne" qui se retrouvent dans nos assiettes et dans le monde entier. Vous trouverez également un reportage sur le festival Handi’days, le livre d’art consacré à Haïm Kern, les actions du Conseil général en faveur des élèves de maternelle et primaire…

aisne.com propose aux internautes des informations complémentaires pour les articles suivants : 3ème âge : s’informer Arts en Lizières avec Ramuntcho Matta

Logement : un plan de bataille de taille - points information


En supplément à l’article « 3e âge : s’informer » page 7

Les CLIC (centres locaux d’information et de coordination) accueillent, conseillent et orientent gratuitement les aînés et leurs familles sur toutes les questions relatives au vieillissement (prestations sociales, services d’aide à domicile, structures d’hébergement …).
Dans l’Aisne, 10 CLIC sont à votre disposition.

Trouvez le CLIC le plus proche de chez vous

CLIC de La Fère
1, avenue Dupuis
02800 La Fère
N° vert : 0 800 507 959
Courriel : clic@ch-lafere.fr

CLIC de Saint Quentin
44, rue d’Isle
02100 Saint Quentin
Tél. 03 23 06 12 60
Courriel : clic.saint-quentin@wanadoo.fr

CLIC de Thiérache
55 rue Lorraine
02500 Hirson
N° vert 0 800 86 39 39
Courriel : clic@hirson.net

Gauchy - CLIC de l’amitié
1, allée Claude Mairesse
02430 Gauchy
Tél. 03 23 64 80 40
Courriel : clic.gauchy@orange.fr

CLIC du Laonnois (Anizy, Crécy, Laon-Nord, Laon-Sud, Marle) et CLIC du Grand Laonnois
(Craonne, Neufchâtel, Sissonne, Rozoy)

Hôtel des entreprises Vincent de Gournay
Zone d’activités du Champ du Roy
Rue Montaigne
02000 Laon
Tél. 03 23 23 78 35
Courriel CLIC du Laonnnois : cliclaonnois@wanadoo.fr
Courriel CLIC du grand Laonnois : clicgdlaonnois@wanadoo.fr

CLIC du « Chêne Doré » (Oulchy, Soissons-Sud,Vic-sur-Aisne, Villers-Cotterêts)
31, rue Anne Morgan
02200 Soissons
N° vert : 0 800 100 519
Courriel : clic.soissons@amsam.fr

CLIC du « Cèdre Bleu » (Braine, Soissons-Nord, Vailly sur Aisne)
10 bis, Place Herriot
02370 Vailly sur Aisne
N° vert : 0 800 679 001
Courriel : clic.vailly@wanadoo.fr

CLIC de l’Oise à l’Escaut (Bohain-en-Vermandois, Guise,
Le Catelet, Wassigny
)
161 Place d’Armes
02120 Guise
N° vert : 0 800 100 604
Courriel : contact@clicdeguise.fr

CLIC du Sud de l’Aisne
Ferme du Ru Chailly
02650 Fossoy
N° vert : 0 800 225 922
Courriel : clic@pays-sud-aisne.fr


En supplément à l’article « Lizières à longer » page 10

Arts en Lizières

Ouvert en 2011, le Centre de Cultures et de Ressources “Lizières“ situé sur le domaine du Château d’Epaux-Bézu est un lieu qui ne ressemble à aucun autre. On peut venir s’y ressourcer, le cadre est propice à l’apaisement et à la quiétude. On vient aussi y vivre des moments de partage, de création, de production et de réflexion.
Initiateur de cette aventure inédite, l’artiste Ramuntcho Matta mène la visite des lieux et tente d’en résumer la philosophie.

La découverte du site s’est faite en 2008, “totalement par hasard“. A l’abandon depuis des décennies et passablement en ruine, le château d’Epaux-Bézu et ses bâtiments annexes étaient promis à la démolition. Une zone pavillonnaire devait se développer sur les trois hectares de terrain après la vente à la découpe des parcelles. Mais le projet que Ramuntcho Matta expose à la municipalité d’Epaux-Bézu a le mérite d’assurer la sauvegarde d’un patrimoine et offre des perspectives de développement et de rayonnement qui séduit les édiles. Le projet “Lizières“ est lancé.
J’ai choisi ce nom parce que la “lisière“ est un endroit à explorer. Ce n’est pas une ligne franche, ni une membrane étanche entre deux mondes, c’est une zone de transition, une frontière perméable“ explique l’artiste.
A l’entrée du parc, deux longs bâtiments se font face : les anciennes écuries reconverties en espaces d’atelier et salles d’exposition et les anciens “logements du personnel“ où les travaux touchent à leur fin. “Ce sont des chambres d’hôtes pour les personnes qui viennent en résidence ou qui sont de passage“, précise Ramuntcho Matta. C’est l’une des identités de Lizières : on y vient en résidence. Artistes, architectes, urbanistes, sociologues, écrivains, dramaturges…Lizières pratique intensément le décloisonnement et s’ouvre à tous les talents. Les praticiens de santé ont eux aussi leurs entrées dans ce havre et il y a une explication à cela. Explication qui est livrée une fois arrivé au château : architecture XIXe siècle aux espaces intérieurs entièrement rénovés, c’est la pièce maîtresse de l’ensemble que l’on débusque au bout d’un sentier, cachée derrière de hautes frondaisons séculaires.

En 2000, j’ai été touché par un virus de la moelle épinière qui m’a entièrement paralysé. Je devais normalement mourir dans les six mois.“ Miraculé, Ramuntcho Matta a vu la mort s’approcher jusqu’à la toucher du doigt. Puis ce doigt a frémi. Le processus pourtant diagnostiqué irréversible par la médecine traditionnelle a fait machine arrière et la motricité est revenue petit à petit, jusqu’à une renaissance totale et sans séquelle au bout de trois ans d’immobilité. “Durant la maladie j’ai rencontré un médecin chinois,raconte-t-il. Elle a juste pris mon pouls et m’a dit que chez elle on connaissait très bien ce mal : il touche ceux dont la vie n’est pas en adéquation avec leur destin.
De cette expérience, Ramuntcho Matta revient avec le désir de faire quelque chose qui peut-être remettrait sa vie “en adéquation avec son destin“, d’où cette envie de créer un lieu où l’on puisse venir se poser et se ressourcer après avoir vécu une expérience comme celle-ci. “Quand vous sortez d’un traitement lourd comme une chimiothérapie par exemple, je crois que c’est à un lieu comme celui-ci auquel vous aspirez. Un endroit où l’on fait des choses, où l’on peut se remettre à la création, dans une atmosphère apaisée et sereine.“ C’est pourquoi, sans être un lieu médicalisé (trop compliqué), Lizières est un terrain d’action pour les professions médicales, le Dr Jean-François Masson (médecin en cancérologie et homéopathe) ou le Dr Pedro Serra (psychiatre) comptent d’ailleurs parmi les sages qui apportent leur expertise pour la bonne marche du projet.
Au lancement j’ai voulu m’entourer de professionnels qui chacun dans leur spécialité pouvaient être comme des parrains pour Lizières, explique Ramuntcho Matta. De gens de profils variés pouvant constituer un conseil des sages pour encadrer et guider la structure.“ Parmi ces esprits avisés dans leurs nombreuses et diverses disciplines, des personnalités de premier plan à l’instar de l’artiste Laurie Anderson, le sculpteur Richard Nonas et, au départ de l’aventure, le regretté Lou Reed, un ami de longue date de Ramuntcho Matta qui démarra sa carrière d’artiste d’abord comme musicien. Très présent également dans le fonctionnement de Lizières, le plasticien Pierre Lanneluc qui apporte aussi son savoir-faire de nutritionniste gastronome et l’architecte italienne Ombra Bruno dont la sensibilité naturaliste joue un rôle prépondérant dans l’aménagement du site.
Au bout de la vaste salle du château où nous nous trouvons, un piano et une batterie laissent entendre que l’endroit est fréquenté par des musiciens. Des concerts sont d’ailleurs organisés régulièrement avec d’autres évènements publics comme les déjà réputés pique-niques de Lizières “La plupart des pièces du rez-de-chaussée sont connectées au studio d’enregistrement, dit notre hôte en ouvrant la porte de son antre : vaste table de mixage et façade de racks aux VU-mètres vintages, un équipement haut de gamme. J’ai fait un tube dans les années 80, ça m’a donné les moyens de m’équiper et puis j’ai appris le métier d’ingénieur du son avec des gens plutôt pointus dans leur domaine.“ De fait l’activité du studio d’enregistrement est l’un des éléments qui permet à Lizières de vivre en autonomie comme l’avait montré une étude préalable. “Il était important de s’assurer que l’on pouvait s’autofinancer dans une démarche qui ne soit pas pervertie par un objectif mercantil, précise encore Ramuntcho Matta. Nous y parvenons avec le studio, les stages de yoga et de Taï-chi, les work shop que nous organisons en partenariat avec des organismes de formation comme l’UTC de Compiègne et l’ESAD d’Amiens, nous travaillons aussi avec la prison de Château-Thierry et les écoles de l’arrondissement. Nous avons quelques aides, notamment de la Région et de la DRAC. Les nouvelles chambres d’hôtes qui seront bientôt achevées devraient nous permettre de respirer encore un peu plus financièrement parlant.

Morceaux choisis

Dans le bâtiment des logements, un escalier aérien défie les lois de la pesanteur. Tendu sur câbles comme une harpe, c’est la solution qu’a mise en œuvre l’architecte Ombra Bruno pour desservir cet espace problématique en sous-pente.
Sur le flan du château après une rangée d’arbres, un alignement rocheux flotte sur l’herbe grasse. C’est la première œuvre d’art qui fut mise en place ici par le sculpteur Richard Nonas.
Plus loin, un cube de bois vitré semble avoir poussé entre les arbres, c’est un petit espace propice aux états méditatifs idéal pour travailler dans le plus grand calme, en pleine nature. Arborant un minimalisme spartiate, il s’est posé sur les anciens urinoirs utilisés aux temps aujourd’hui lointains où le château et son parc accueillaient des colonies de vacances.
La piscine de béton envahie par les herbes folles à quelques mètres de là est un autre de ces vestiges, elle sera transformée un jour prochain en bibliothèque enterrée. Dans l’une des salles d’exposition au sol de béton nu dans les anciennes écuries, une grande fresque recouvre tout un mur. L’artiste qui en est à l’origine a fait participer la population du bourg, chacun étant invité à noircir encore un peu plus cette surface et à laisser le dessin qu’il voulait.
Au sol, ce sont les petits univers de l’Allemande Judith Egger. Différentes terres prélevées sur le parc forment comme la géologie d’une planète inconnue, une source de lumière y alimente un capteur, créant le son et le mouvement.

Portrait express

Né en 1960 à Neuilly-sur-Seine, Ramuntcho Matta est le fils du peintre chilien Roberto Matta, figure majeure du courant surréaliste.
Artiste protéiforme, c’est d’abord dans le domaine de la musique qu’il fera parler de lui. Il collabora notamment avec le trompettiste Don Cherry et le compositeur John Cage. Sa discographie personnelle compte 23 albums solo dans des registres expérimentaux. Au milieu des années 80 il signe le hit « Toi mon toit » pour la chanteuse Elli Medeiros avec laquelle il réalisera plusieurs albums et l’autre grand succès public « A bailar Calypso ». Il travaillera ensuite sur des habillages sonores, des scénographies interactives et des projets de CD-roms éducatifs pour le jeune public, particulièrement pour les 3 – 6 ans.
En plus de la musique, Ramuntcho Matta produit des œuvres en tant que vidéaste, peintre, dessinateur, plasticien et écrivain. Chris Marker qui collabora avec lui définissait son travail comme « multimedium ».
Il expose actuellement « Le chemin de faire » à la MAL de Laon (temporairement hors les murs à la Salle de la Station, Bibliothèque Suzanne Martinet). Cette installation est dans la continuité d’un travail que l’artiste mène autour de la question du temps.
On nous parle intensément de la crise et de la courbe du chômage qui devient une forme d’obsession. Mettons-nous dans la tête de celui qui se retrouve au chômage et qui va voir tourner en boucle dans son esprit cette fatalité : j’ai pas de travail, j’ai pas de travail… Et pourquoi ne pas déplacer un peu la perspective pour que cela devienne à un moment : j’ai pas de travail, mais j’ai du temps. J’ai pas travail, j’ai du temps, du temps pour faire. Pour faire quoi ?
L’installation se veut participative. Tout visiteur est invité à faire…ce qu’il a envie de faire.

www.lizieres.org


En supplément à l’article « Logement : un plan de bataille de taille » pages 18-19

Vous avez un projet de rénovation d’un logement dégradé ou mal isolé ? Vous souhaitez réduire votre facture énergétique ? Vous recherchez des renseignements sur le Programme d’intérêt général (PIG) départemental « Précarité énergétique / Habitat indigne » ? Aisne Habitat peut vous conseiller, vous informer et vous orienter vers les organismes appropriés.
Voici la liste des permanences Habitat tenues dans chaque canton concerné par le PIG départemental :
-  Canton d’Anizy-le-Château : le 26 novembre à la Communauté de communes 6 et 8 Place du Général de Gaulle à Pinon de 14h à 15h
-  Canton de Braine : les 13 novembre et 11 décembre au centre social de Braine de 15h30 à 16h30
-  Canton de Charly-sur-Marne : les 7 novembre et 5 décembre à la mairie de Charly-sur-Marne de 9h15 à 10h15
-  Canton de Château-Thierry : les 7 novembre et 5 décembre 9 rue Vallée à Château-Thierry de 11h à midi
-  Canton de Condé-en-Brie : le 21 novembre à la mairie de Condé-en-Brie de 9h à 10h
-  Canton de Crécy-sur-Serre : le 18 novembre à la mairie de Crécy-sur-Serre de 9h30 à 10h30
-  Canton de Fère-en-Tardenois : le 21 novembre à la mairie de Fère-en-Tardenois de 10h45 à 11h45
-  Canton de La Fère : le 28 novembre à l’ancien commissariat rue du Général de Gaulle à La Fère de 16h15 à 17h15
-  Canton de Marle : le 18 novembre à la mairie de Marle de 11h à midi
-  Canton de Neufchâtel : le 18 novembre à la mairie de Guignicourt de 15h30 à 16h30
-  Canton de Saint-Quentin : les 4 et 25 novembre, le 9 décembre, à la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin 9 place Lafayette à Saint-Quentin de 13h30 à 15h30
-  Canton de Saint-Simon : le 18 novembre à la mairie de Saint-Simon de 16h15 à 17h15
-  Canton de Sissonne : le 18 novembre à la mairie de Sissonne de 14h à 15h
-  Canton de Soissons : les 6 et 20 novembre, 4 et 18 décembre de 9h à 10h30 (pour l’habitat et l’énergie) à la Communauté d’Agglomération du Soissonnais 11 avenue François Mitterrand à Cuffies
-  Canton de Vailly-sur-Aisne : les 13 novembre et 11 décembre à la maison des services de Vailly-sur-Aisne de 14h à 15h
-  Canton de Vic-sur-Aisne : les 5 novembre et 3 décembre à la mairie de Vic-sur-Aisne de 11h à midi
-  Canton de Villers-Cotterêts : les 5 novembre et 3 décembre 2 rue Pelet Otto (salle n°2) à Villers-Cotterêts de 9h15 à 10h15

A noter que des permanences sur la maîtrise de l’énergie sont également programmées en parallèle :
-  Canton d’Anizy-le-Château : le 10 décembre à la Communauté de communes 6 et 8 Place du Général de Gaulle à Pinon de 14h à 16h
-  Canton de Bohain-en-Vermandois : les 19 novembre et 17 décembre à la mairie de Bohain-en-Vermandois de 10h à 11h30
-  Canton de Château-Thierry les 14 et 28 novembre et le 12 décembre 11 bis rue de Fère à Château-Thierry de 10h à 11h30
-  Canton d’Hirson : le 9 décembre en mairie d’Hirson de 10h30 à midi
-  Canton de Marle : les 4 novembre et 2 décembre à la mairie de Marle de 9h30 à 10h30
-  Communauté de communes du Pays de la Vallée de l’Aisne : les 12 novembre et 10 décembre à la Communauté de communes 2/4 rue Saint Christophe à Vic-sur-Aisne de 10h à 11h
-  Canton de Vailly-sur-Aisne : le 27 novembre à la Maison des services de Vailly-sur-Aisne de 14h à 15h

Aisne Habitat
3 rue William Henry Waddington
BP 37 02003
LAON CEDEX
tél. 03 23 26 73 50


l'Aisne sur le net