agrandir le texte réduire le texte imprimer la page
La viticulture

La viticulture

In vino veritas

Si aujourd’hui on connaît les vignobles de la Vallée de la Marne dans le sud de l’Aisne et le Champagne qui y est produit, on ne soupçonne pas l’étendue du passé viticole de notre département, notamment dans le Laonnois.
« Dans le sud de l’Aisne, on a une vieille histoire avec le Champagne, presque 1 000 ans de vigne dans la région. Notre vignoble s’est développé en même temps que celui de la Champagne  » témoigne Olivier Belin, viticulteur à Essômes-sur-Marne et co-président de l’association des Ambassadeurs du terroir et du tourisme en Vallée de Marne. C’est Louis-Emile Morlot, député-maire de Charly-sur-Marne (de 1888 à 1907) qui s’est battu pour faire entrer, à la suite du canton de Condé-en-Brie, les cantons de Charly-sur-Marne et de Château-Thierry dans l’appellation Champagne. Aujourd’hui, 10% du champagne AOC est produit dans l’Aisne sur près de 3 400 hectares. De nombreux producteurs, fiers de leur savoir-faire, ouvrent leur chai pour des visites sur le circuit de « la route touristique du Champagne » comme la Maison Pannier qui abrite de magnifiques caves médiévales de plus de deux kilomètres creusées dès le XIIe siècle. Preuve supplémentaire du prestige du Champagne pour notre département : depuis juillet dernier, les coteaux, maisons et caves de Champagne sont inscrits sur la Liste du patrimonial mondial de l’UNESCO.
Plus au nord, le Laonnois reste aussi marqué par la culture du raisin comme en témoignent des documents d’époque : au Ve siècle on vendangeait sur les collines du Laonnois. Au XIIe siècle, Laon est dépeinte comme la « capitale des vins de France » et son abbaye porte le nom de Saint-Vincent, patron des vignerons. C’est un simple insecte, le phylloxéra, qui ruinera en quelques années des siècles de tradition viticole dans le Laonnois, à partir de 1890. Vestiges de cette époque révolue : les vendangeoirs. Sur les collines du Laonnois, ils témoignent de la richesse de ce passé viticole et suivent une construction identique : un cellier, pour abriter le vin, surmonté des pièces d’habitation et un double escalier pour y accéder. On dénombre une bonne centaine de vendangeoirs dans le secteur des collines, la plupart datant du XVIIe siècle. Certains se visitent, comme à Orgeval ou Bourguignon-sous-Montbavin.

Diaporama

Caves du champagne Pannier Vignes à Bonneil Vendanges à Fossoy

l'Aisne sur le net