agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Dernières actualités

Le Printemps des conteurs vous accueille !

Publié le 8 mars 2018

Du 9 au 23 mars, la Bibliothèque départementale et les bibliothèques des territoires vous offrent onze soirées dédiées à l’art oratoire.

Pour cette 18eme édition, les spectacles vont vous faire voyager, que ce soit dans différentes cultures, dans des mondes imaginaires ou intimes... pour vous divertir et vous faire vivre des moments chaleureux et intenses.
Ce festival, dont l’entrée est gratuite, témoigne de l’action volontariste du Département de rendre accessible à tous les Axonais des spectacles de qualité. Ce sont également des soirées de rencontres et l’occasion de s’associer aux projets culturels des bibliothèques du territoire.

ALEXIS MONCORGÉ
à SOISSONS le 9 mars
BRICE HILLAIRET
à MONTCORNET le 10 mars
à SINCENY le 20 mars
FRÉDÉRIC FERRER
à RIBEMONT le 13 mars
à FÈRE-EN-TARDENOIS le 14 mars
MARC FRAIZE
à TERGNIER le 15 mars
FLORENT AUMAITRE
à ESSÔMES-SUR-MARNE le 16 mars
à ANIZY-LE-CHÂTEAU le 17 mars
JEAN-CHRISTOPHE QUENON
à BRAINE le 21 mars
à LA CAPELLE le 22 mars
FABIO BONIZZONI & LORENZO BASSOTTO
à LAON le 23 mars
sur réservation










LE PROGRAMME EN DÉTAILS

• ALEXIS MONCORGÉ
• vendredi 9 mars à SOISSONS

A 20h30 au Mail, scène culturelle - tél. 03 23 76 77 70

Amok

Une nuit de mars 1912, sur le pont d’un navire qui file vers l’Europe, pendant que les autres passagers rient, s’amusent et dansent, un homme se tient à l’écart. Il a un secret lourd à porter, il s’en délivre en confidences à la faveur de l’obscurité. Ce jeune médecin fuit la Malaisie où il a exercé cinq ans durant, au milieu de la jungle, jusqu’au jour où une femme « blanche » de la ville est venue solliciter son assistance… Récit fiévreux d’une course contre la mort où la passion se confond à la folie, où l’obsession pour une femme ressemble à l’ « Amok », crise meurtrière dont sont pris soudainement les opiomanes malais…
« On retrouve les ambiances envoûtantes et fantasmagoriques de Poe, Maupassant, Théophile Gauthier ou R.L. Stevenson. Le spectateur doute de la santé mentale du personnage. L’histoire chemine sur un fil ténu, fragile, périlleux, dans une permanente ambiguïté entre réalité et irréalité, sens et non-sens, raison et folie. » Alexis

D’après la nouvelle Amok de Stefan Zweig
Traduite de l’allemand et mise en scène par Caroline Darnay
Adaptée par et avec Alexis Moncorgé

Matrios Productions

« C’est une révélation. La manière dont il s’approprie le personnage d’Amok est bouleversante. » RTL


• BRICE HILLAIRET
• samedi 10 mars à MONTCORNET
• mardi 20 mars à SINCENY

- A 20h30 à la Salle des fêtes de Montcornet - tél. 06 13 53 81 15
- A 20h30 à la Salle polyvalente de Sinceny - tél. 03 23 39 82 15

Ma folle otarie

Épopée en forme de monologue, Ma folle otarie dresse le portrait d’un homme transparent qui n’a jamais rien vécu, dont soudain les fesses vont tripler de volume.
Et davantage. Devenu monstre aux yeux des autres, il va fuir le monde jusqu’à trouver refuge auprès d’une otarie. L’animal lui apportera la clef de son mystère. C’est l’histoire d’une métamorphose, l’aventure extraordinaire d’une reconstruction.
« Ma folle otarie est aussi une expérience, une épreuve, où un comédien seul en scène, sans autre écrin que l’espace intime du public, fait vivre une épopée fantastique, un récit monstrueux aux prétentions humanistes, dans une économie de moyens qui oblige le spectateur à oeuvrer pour imaginer, comprendre, visualiser le conte, et voyager dans une marge d’interprétation ouverte à l’infini. » Pierre Notte

« Concentré, Brice Hillairet déroule cette histoire surréaliste avec une maîtrise parfaite. Il gambade avec agilité dans cette fresque intime et monstrueuse. » Sceneweb

Production : Cie Les gens qui Tombent et En Votre Compagnie


• FRÉDÉRIC FERRER
• mardi 13 mars à RIBEMONT
• mercredi 14 mars à FÈRE-EN-TARDENOIS

- A 20h30 à la Salle polyvalente de Ribemont - tél. 03 23 67 11 26
- A 20h à la Salle des fêtes de Fère-en-Tardenois - tél. 03 23 82 07 84

A la recherche des canards perdus

En septembre 2008, la Nasa lâche 90 canards en plastique sur un glacier du Groenland pour mesurer la vitesse du réchauffement climatique. Attendus dans la baie de Disco, les canards ne réapparaissent jamais… Où sont-ils ?
« J’ai souhaité faire une conférence sur des petits canards jaunes en plastique. La conclusion à laquelle je suis arrivé est effrayante et désespérante sur le monde que nous préparons pour nos enfants. Cette conférence ne traitera que de faits et d’évènements réels. Aucun artifice ne sera utilisé pour mettre en scène mon discours : aucun effet de lumière, pas de musique pour accompagner une progression dramatique, pas de mouvements particuliers : je ne danserai pas ce soir. » Frédéric Ferrer

« Un professeur extravagant, passionné, mais de plus en plus piégé par l’absurdité de sa recherche. Les hypothèses défilent avec une rigueur scientifique. Aux spectateurs d’en découvrir le dénouement, drôle et mélancolique à la fois. » Mediapart

Compagnie Vertical Détour


• MARC FRAIZE
• jeudi 15 mars à TERGNIER

- A 20h30 au Centre culturel F. Mitterrand- tél. 03 23 40 24 40

Monsieur Fraize

Personnage déconcertant et terriblement drôle, arrivé sur scène comme une plaque de verglas en plein désert, Monsieur Fraize casse tous les codes du café-théâtre. Virtuose du langage, des ruptures inattendues, il pourrait appartenir à la famille des clowns. Un énergumène qui vous attrape dans les mailles de son univers décoiffant. Une sorte d’énigme qui se livre au public en toute naïveté et qui, au fil des rires, dévoile un univers ultrasensible où s’entremêlent non-dits, doute et cruauté du quotidien.
« J’ai voulu créer un personnage d’antihéros, trouver ce qui allait personnellement m’amuser et surprendre. ». Le public n’a pas tardé à aimer ce personnage inattendu dans le monde de l’humour, bientôt coqueluche des jurys de festival d’humour renommés. Cet artiste est un virtuose qui nous laisse croire qu’il l’ignore. Monsieur Fraize a l’humour léger et subtil, il offre en partage un rire enveloppé de tendresse

« Monsieur Fraize va constamment jouer de sa pusillanimité et de sa gaucherie. Ses sketches - mais en est-ce vraiment ? - sont des bijoux d’absurdité. Bref, Fraize a l’air tarte, mais quelle maîtrise ! » Le Canard enchaîné

Azimuth Productions


• FLORENT AUMAÎTRE
• vendredi 16 mars à ESSÔMES-SUR-MARNE
• samedi 17 mars à ANIZY-LE-CHÂTEAU

- A 20h30 à la salle polyvalente de d’Essômes-sur-Marne - tél. 03 23 69 05 50
- A 20h à la salle des fêtes M. Pagnol d’Anizy-le-Château - tél. 03 23 80 94 23

Le Horla
Dans Le Horla, nouvelle fantastique de Guy de Maupassant écrite en 1887, un homme semble sombrer dans la schizophrénie, persuadé qu’un être invisible vit près de lui et se nourrit de sa vie pendant son sommeil. Est-il victime d’hallucinations ? Fou ? Ou bien est-il la première victime d’un être surnaturel apparu sur Terre pour asservir l’homme et prendre sa place ? À travers son journal intime, on découvre cet homme , les phénomènes auxquels il est confronté, on suit ses réflexions sur le fonctionnement de nos sens… suspendus pendant plus d’une heure à son destin, jusqu’à en découvrir l’issue...
Peu avant la publication du Horla, Maupassant écrivit :
« J’ai envoyé aujourd’hui à Paris le manuscrit du Horla ; vous verrez que tous les journaux publieront que je suis fou. [...] C’est une œuvre d’imagination qui frappera le lecteur et lui fera passer plus d’un frisson dans le dos car c’est étrange. »

« Le Horla de Guy de Maupassant est un petit chef-d’œuvre que le comédien fait merveilleusement entendre dans son adaptation théâtrale. » Pariscope

Agence Les Singuliers


• JEAN-CHRISTOPHE QUENON
• mercredi 21 mars à BRAINE
• jeudi 22 mars à LA CAPELLE

- A 20h au foyer rural de Braine, boulevard des Danois - tél. 03 23 53 71 52
- A 20h30 Salle du Dr Hennebelle à La Capelle - tél. 03 23 97 66 39

On a fort mal dormi

« On a fort mal dormi » est un spectacle sur Patrick Declerck, ses choix, ses rencontres, ses contradictions. À travers lui nous entrons dans cette étrange famille des sans domicile fixe, sa complexité, ses fureurs, ses fragilités, ses impasses et ses urgences, pour réaliser que lui, nous, les sans domicile fixe, parlons d’une même voix.
Les clochards… Souvent ivres, violents, puent la crasse et la misère. Ces sans-abri sont des blessés, des victimes, des révoltés, des rêveurs éthyliques… Les mots, précis et francs, nous rapprochent de ceux qui nous touchent et mettent en question la société qui laisse faire. Tout l’art du jeu d’acteur et de sa parole réside dans l’illusion de ne pas assister à un spectacle, mais à une rencontre. Être au présent, presque comme une obsession. Et finalement, grâce à la fiction, grâce au théâtre, on peut faire fusionner sur scène trois identités : celle de Patrick Declerck, celle de Jean-Christophe Quenon l’acteur, et celle du clochard. Trois identités si perméables.

D’après « Le sang nouveau est arrivé » et « Les Naufragés » de P. Declerck

« Du grand art » » Agoravox

Agence Les Singuliers


• FABIO BONIZZONI au clavecin & LORENZO BASSOTTO comédien
• vendredi 23 mars à LAON

- A 20h30 à la Maison des Arts et Loisirs - tél. 03 23 22 86 86
Entrée gratuite sur réservation. Contremarques à retirer à partir du 12 février 2018 auprès de : Maison des Arts et Loisirs ou de l’ADAMA (03 23 24 60 09)

Les riches heures d’un humble serviteur de Bach

Le célèbre compositeur Johann Sebastian Bach, alors âgé de moins de vingt ans, écrit un “Caprice sur le départ de son frère bien-aimé” lorsque cet aîné, Johann Jakob, quitte la Thuringe. Un serviteur imaginaire, de pauvre condition mais plein de désir pour l’art, côtoie cette famille de musiciens dont il observe quotidiennement le génie comme celui des artistes qu’il fréquente. Dans un style proche des masques de la Commedia dell’arte, un comédien joue de l’ambivalence de l’âme simple du serviteur, entre trivialité et aspiration à la poésie. Autour du “caprice” central, le clavecin exalte les oeuvres de Bach et de ses nombreux parents, mais aussi de Rameau, Couperin, Scarlatti ou Royer. Les textes de Goethe, Schiller, Rousseau, Voltaire, Kavafis et Bach lui-même alternent avec ces pages au fil de la narration.