agrandir le texte réduire le texte imprimer la page
Le château de La Ferté-Milon

Le château de La Ferté-Milon

Inachevé

Le château de Louis d’Orléans à La Ferté-Milon ne fut jamais terminé, et ce pour une bonne raison : le duc d’Orléans, frère du roi Charles VI, fut assassiné lors d’un guet-apens commandité par son propre cousin, Jean sans Peur, duc de Bourgogne. Ce meurtre, perpétré rue Vieille-du-Temple à Paris le 23 novembre 1407, fut d’ailleurs à l’origine de la guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons alors que le royaume de France était déjà engagé dans la guerre de Cent Ans contre l’Angleterre.
Dominant la vallée de l’Ourcq, le château de La Ferté-Milon fut mis en construction en 1393 sur le site d’une ancienne fortification du VIIIe siècle qui fut totalement rasée. Non seulement le château ne fut jamais terminé, mais il sera démantelé sur ordre d’Henri IV. En 1595, alors que les guerres de religions déchiraient le pays, le roi de France conduisit lui-même l’attaque de la ville et força le ligueur Saint-Chamand à se réfugier dans les fortifications. Le château du duc d’Orléans n’a donc plus que son imposante façade qui s’étend sur 102 mètres de long pour 8 mètres de haut. Mettant en avant ses arguments défensifs, cette muraille dominant la ville, flanquée de quatre tours, saisit d’emblée par la sensation de puissance qu’elle évoque. Tout comme pour le château de Pierrefonds, dont il jeta les fondements mais qui fut, quant à lui terminé, le duc d’Orléans avait vu grand pour son palais milonais. Les niches richement décorées des tours accueillent des statues malheureusement décapitées à la Révolution mais le bas-relief de la porte centrale, mieux conservé, présente une intéressante et rare représentation du couronnement de la Vierge.

Diaporama


l'Aisne sur le net