agrandir le texte réduire le texte imprimer la page
Nicolas Fricoteaux a rencontré les éleveurs

Dernières actualités

Nicolas Fricoteaux a rencontré les éleveurs

Publié le 6 septembre 2016

Nicolas Fricoteaux, Président du Conseil départemental, était présent ce dimanche à la 49e Foire aux Fromages de La Capelle. Il a rencontré et félicité les producteurs et éleveurs ayant participé aux nombreux concours et évoqué avec eux leurs difficultés et préoccupations. Dans son discours, il a rappelé sa volonté forte de soutenir l’agriculture axonaise qui traverse une crise particulièrement grave.

Monsieur le Préfet, Monsieur le Sous-Préfet,
Monsieur le Maire de La Capelle,
Monsieur le président du comité d’organisation,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les présidents et responsables des organismes consulaires et syndicats agricoles,
Mesdames et Messieurs, en vos divers grades, qualités et fonctions,

Ce week-end encore, et pour la 49e fois, la Foire aux Fromages de La Capelle connait un vif succès, les allées ne désemplissent pas, les stands connaissent une forte activité et les familles sont présentes en nombre pour ce qui est le plus grand rendez-vous thiérachien, mais également axonais, de notre fierté rurale et agricole.
Année après année, les acteurs présents sur la Foire font preuve de la même passion, nous parlent avec toujours autant d’enthousiasme de l’amour de leur métier et du travail bien fait, nous font goûter des produits d’une grande qualité.
Merci encore aux paysans, aux artisans, aux producteurs et aux transformateurs ici présents et qui sont toujours fidèles à ce qui est « LA » vitrine de leurs savoir-faire.
Merci aussi aux organisateurs de parvenir chaque année à monter cette belle manifestation si conviviale qui se déroule pour la première fois dans le nouvel écrin du pavillon principal Louis Hennebelle, tout juste rénové par la Ville et auquel le Département a apporté tout son soutien.

Chaque année, la Foire est un moment privilégié pour faire le point sur l’actualité agricole mais aussi, pour s’arrêter, et j’y reviendrai dans quelques instants, sur les perspectives de nos territoires ruraux dont je crois en l’avenir car, contrairement aux métropoles dont la saturation s’accélère, ils offrent un immense potentiel de développement.
C’est notre rôle à nous, élus, responsables économiques, associatifs et institutionnels, de préparer et d’équiper au mieux ces territoires.
Investir pour l’avenir, même dans une période financière particulièrement compliquée, c’est ce à quoi s’emploie le Conseil départemental de l’Aisne, de par les aménagements routiers qu’il réalise, de par le financement de réseaux internet à haut débit, de par l’accompagnement des communes qui construisent des écoles modernes, des salles de sport adaptées, des lieux de culture ouverts à tous ou bien encore des maisons de santé.
C’est une fierté de présider une collectivité qui reste le premier partenaire des communes et particulièrement des communes rurales et dont l’agriculture reste, d’ailleurs, le fer de lance de l’économie.
C’est pourquoi, depuis de nombreuses années, au-delà des considérations partisanes, le Conseil départemental a toujours été un solide partenaire de l’agriculture et des exploitants.
En 2016, comme en 2017, nous poursuivrons donc notre plan d’action pour accompagner la modernisation des bâtiments d’élevage en finançant le PCEA à hauteur de plus d’un million d’euros.
Nous devons soutenir nos éleveurs et nos laitiers et cette volonté se traduit par le soutien financier que nous apportons au Groupement de Défense Sanitaire et par notre partenariat annuel d’actions avec la Chambre départementale d’Agriculture.

Face aux difficultés récurrentes et croissantes qui frappent le monde agricole, nous pensons aux paysans et à leurs familles qui souffrent et le Conseil départemental, à son niveau d’intervention, doit, plus que jamais, être mobilisé.
C’est pourquoi, dans la mesure de nos moyens financiers et réglementaires, dans les semaines à venir, je proposerai à l’Assemblée départementale, de nouvelles orientations fortes.
Ainsi, tout d’abord, en articulation avec le plan de soutien à l’élevage adopté par le Conseil régional des Hauts-de-France, nous prolongerons ce soutien aux éleveurs par une prise en charge départementale d’études-diagnostic visant à l’amélioration de la productivité des exploitants.
Par ailleurs, en lien avec la MSA et les organisations présentes aux côtés des agriculteurs en difficulté, nous renforcerons le soutien humain, l’écoute et le dialogue, nous simplifierons les circuits et élargirons à titre temporaire et dérogatoire les dispositifs de soutien social dont nous avons la charge.
Et puisque nous croyons en la qualité de nos productions, à la fin de ce mois, je proposerai à l’Assemblée départementale d’augmenter les dotations budgétaires des collèges qui feront le choix des produits locaux pour leurs approvisionnements.
De plus, le Conseil départemental soutiendra l’initiative prise par la Chambre d’Agriculture de création d’un drive fermier à Laon, à côté du CFA.
La vente directe et de proximité est une importante voie de développement du chiffre d’affaire des exploitations et je souhaite que tous les donneurs d’ordre public mutualisent leurs efforts en ce sens.
Par ailleurs, pour ce qui relève de sa mission de service public, j’ai demandé aux responsables du laboratoire départemental d’analyses de travailler à la diminution des coûts des opérations concernant le contrôle sanitaire réglementaire et la santé animale.
Enfin, si cela s’avère être nécessaire, je suis prêt à proposer à l’Assemblée départementale d’examiner la mise en œuvre d’un plan « fourrage », tel que cela avait été mis en œuvre voici quelques années.

Je l’affirme à nouveau, Agriculture et Ruralité sont indissociables. De la même manière que le Département est un partenaire fidèle des exploitants agricoles, le Conseil départemental participe aussi à l’amélioration des conditions de vie et de développement des espaces ruraux, territoires eux aussi en souffrance.

En effet, comment ne pas être inquiet de la disparition progressive des écoles rurales ?
Comment accepter que nos bourgs se vident de leurs commerces et de leurs services publics ?
Comment ne pas s’élever contre la fracture numérique ou téléphonique qui isole les communes et compromet leur développement ?

Pour vivre et se développer, le monde rural doit donc être offensif, créatif et bénéficier du soutien des instances nationales et locales.
Avec le travail conjoint que le Conseil départemental mène avec la Préfecture de l’Aisne – et j’en profite pour saluer votre engagement et celui de vos équipes, Monsieur le Préfet – en construisant un ambitieux schéma d’accessibilité des services au public, nous organisons et préservons l’avenir du monde rural et notre mode de vie.
L’objectif de ce travail commun entre le Département et l’État est simple : il s’agit de conforter, voire de réintroduire, la présence des services de proximité essentiels ; qu’ils soient administratifs, éducatifs, de santé, culturels ou bien encore les commerces.
Dans les années à venir, en lien avec l’État, nous donnerons, pour ce faire, une priorité forte aux aides à l’investissement en direction de la ruralité.

Pourtant, malgré tout ce que nous pourrons mettre en œuvre, à la place qui est la nôtre, j’ai bien conscience que ces orientations et ces annonces ne suffiront pas, loin s’en faut, à résoudre les difficultés du monde agricole et rural, et en particulier, les difficultés des jeunes récemment installés qui cumulent des contraintes financières démesurées et des pertes d’exploitation catastrophiques.
S’il est avéré que de nombreuses réponses aux demandes des paysans dépendent d’autres institutions que celles du Conseil départemental, nous poursuivons, quant à nous, la mobilisation en proposant des solutions à notre mesure.

A l’image des retraités de l’agriculture, qui ne baissent pas les bras et se mobilisent pour le droit à une retraite décente, comme ils viennent de le faire au cours de leur traversée des campagnes de France, je forme le vœu que cette 49e édition de la Foire aux fromages soit le point de départ d’une grande mobilisation des décideurs en faveur du monde rural et agricole.
C’est pourquoi, afin de contribuer à interpeller l’opinion, à l’automne prochain, une édition spéciale du magazine départemental « l’Aisne » sera consacrée à l’agriculture et aux paysans axonais. Nous y déclinerons toutes les initiatives du monde agricole méritant d’être soutenues et relayées par le grand public.
Car, comme vous, j’ai la conviction que c’est par la communication et la mobilisation de tous, que nous parviendrons à convaincre les responsables nationaux et européens de prendre enfin d’autres orientations pour l’agriculture et le monde rural.

Les prochaines échéances électorales doivent placer ces sujets au cœur du débat démocratique et, à titre personnel, je souhaite vivement que les futurs candidats à l’élection présidentielle placent ces questions en bonne place de leurs programmes.

Mobilisation, volonté, ténacité, perspectives, voici quelques mots forts que je tenais à partager avec vous en ce jour de convivialité.

Comme l’an passé, je souhaite enfin vous exprimer toute notre reconnaissance à vous tous qui faites battre le cœur de notre ruralité.
Vous êtes des vecteurs essentiels de notre identité et de notre culture, des acteurs économiques incontournables et précieux.
Soyez assurés que vous trouverez toujours le Conseil départemental à vos côtés afin que puissent vivre nos campagnes.

Foire de La Capelle 2016


l'Aisne sur le net