agrandir le texte réduire le texte imprimer la page

Dernières actualités

Visite sur la 50e Foire aux fromages de La Capelle

Publié le 5 septembre 2017

Le Président du Conseil départemental Nicolas Fricoteaux, accompagné de plusieurs conseillers départementaux, était présent ce dimanche à la 50e Foire aux fromages de La Capelle pour rencontrer les producteurs et éleveurs et évoquer avec eux leurs préoccupations. Dans son discours, il est revenu sur les évolutions de la ruralité depuis 50 ans et a affirmé sa volonté de trouver les moyens de la soutenir pour lui promettre un avenir meilleur.

Monsieur le Préfet,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le Maire de La Capelle, Cher Guy,
Monsieur le Président du comité d’organisation de la foire, Cher Régis,
Mesdames et Messieurs les présidents et responsables des organismes consulaires et syndicats agricoles,
Mesdames et Messieurs, en vos diverses qualités et fonctions,

C’est toujours un plaisir et un honneur d’être ici à vos côtés pour notre belle foire aux fromages de La Capelle, afin de partager un bon moment de convivialité autour de la ruralité, de nos terroirs et du monde paysan, d’autant plus cette année, puisque nous en célébrons le cinquantième anniversaire.

En 50 éditions, la Foire aux fromages, tout en évoluant, n’a pas pris une ride. Bien mieux, tel le bon vin, je pense en particulier et, bien évidemment au Lalande de Pomerol, elle s’est bonifiée avec le temps, embellie au fil des années comme c’est le cas pour son principal écrin, la magnifique halle principale « Michel Flandre » que nous avons inaugurée l’année dernière.

Dès 1968, date de sa création, tout comme elle l’est encore aujourd’hui, la Foire est cette belle vitrine de la richesse des territoires et des terroirs, ce moment où, chaque année, le monde rural partage ce qui fait sa fierté et son entrain.

Si la Foire est toujours restée fidèle à son esprit fondateur, elle a néanmoins connu une continuelle évolution.

Élargissant régulièrement son audience depuis que l’Union des commerçants de La Capelle a eu l’idée de lancer cet événement de promotion, la Foire a accueilli rapidement plusieurs milliers de personnes et jusqu’à 40 000 visiteurs désormais.

Tout comme la Foire évoluait afin de répondre aux attentes de ses visiteurs, son environnement, lui aussi, connaissait de profondes transformations.

Chacun l’a encore en souvenir, l’année de la première édition de la Foire, la commune de La Capelle était alors chef-lieu de canton et concentrait bon nombre des services, publics et commerciaux, indispensables au quotidien des habitants.

La situation économique du territoire, à laquelle le Docteur Louis Hennebelle fut toujours attentif, était très différente d’aujourd’hui avec des entreprises et des activités enracinées sur le territoire qui ignoraient alors le terme délocalisation, qui n’étaient pas confrontées aux contraintes d’une économie mondialisée.

Les activités agricoles, elles aussi, ont vu leur environnement totalement bouleversé : taille des exploitations, évolution des normes, prise en compte de la dimension environnementale, concurrence intra-européenne.

Voici cinquante ou quarante ans encore, bénéficier du « passage » sur son canton d’une route nationale était un atout considérable.

Cet axe servait au transit quasi exclusif des flux humains et commerciaux à côté du trafic ferré. Les enjeux de mobilité et d’enclavement n’étaient alors nullement comparables à ceux d’aujourd’hui.

Cela a beaucoup changé en 50 ans, La Capelle, la Thiérache, la Foire qui en est leur vitrine, se sont transformées et ont beaucoup évolué.

Nous sommes, toutes et tous ici présents, attachés au monde rural, à ses valeurs et à ses richesses.

Au même titre que les organisateurs de la Foire aux fromages se doivent d’imaginer et de construire la pérennité de cette belle manifestation, et je les félicite pour ce magnifique cinquantenaire, il revient aux élus, quels qu’ils soient, ainsi qu’aux pouvoirs publics, d’anticiper et d’accompagner la transformation des territoires.

Le Conseil départemental, premier partenaire des communes au titre de sa compétence en matière de solidarité territoriale, est l’un des principaux partenaires du monde rural.

Aussi, afin de mieux prendre en compte les besoins spécifiques des communes rurales, d’ici quelques semaines, le Département mettra en œuvre de nouvelles politiques territoriales en matière de modernisation des routes et d’aide aux investissements locaux.

Dans l’Aisne, nous faisons également clairement, depuis longtemps, le choix d’accompagner les acteurs économiques importants de la ruralité que sont les agriculteurs.

Dispositifs d’aide à la diversification, promotion des circuits courts et de la vente directe, notamment dans le 1er drive fermier de l’Aisne à Laon, modernisation des bâtiments d’élevage via le PCEA ainsi que toutes les aides directes que nous attribuons, sont l’expression de notre volonté forte d’accompagner et de soutenir l’agriculture ainsi que celles et ceux qui la font vivre.

Dans cet esprit, nous avons accompagné le GDS cette année encore et, ce, malgré les restrictions que nous impose la loi NOTRe. Je sais les inquiétudes des responsables du GDS sur les financements 2018 mais je ne doute pas que la collectivité régionale, désormais concernée par cette question, saura rapidement les rassurer.

Pour l’économie agricole, 2017 ne sera pas, une fois encore, une année à marquer d’une pierre blanche.

En effet, même s’il serait simpliste de se réjouir de n’avoir pas connu une année aussi dure que 2016, la situation des éleveurs ne s’est pas encore suffisamment améliorée et les prix des productions ne permettent pas de regarnir les trésoreries.

L’agriculture a sans aucun doute besoin d’une bien meilleure répartition des marges et de retrouver des processus de régulation. Je les appelle de mes vœux tout comme nous souhaitons tous une réforme équilibrée de la PAC.

Dans la même veine et de manière générale, je souhaite une véritable remise en cause des politiques d’aménagement du territoire dans notre pays. Un ambitieux rééquilibrage de l’action et des moyens publics, au bénéfice du développement des territoires ruraux, est, aujourd’hui, plus que nécessaire, il est vital.

Nous connaissons bien, ici, ce sentiment d’être coupés du monde, coupés d’une certaine forme de modernité, cette impression d’être devenus « les oubliés de la république ».

Cette situation a notamment des conséquences démocratiques, elle menace notre cohésion sociale. Il y a donc urgence à agir et à mutualiser nos efforts.

C’est dans cet objectif que j’ai interpellé le chef de l’État au lendemain de son élection, afin d’exprimer la forte attente d’un monde rural qui souffre et qui a besoin d’un soutien renouvelé et accentué de l’État afin de faire fructifier ses initiatives.

Je tiens à vous remercier, monsieur le Préfet, ainsi que les parlementaires, en particulier celles et ceux qui sont présents à nos côtés aujourd’hui : Jean-Louis Bricout, Antoine Lefèvre, Pascale Gruny, Yves Daudigny également, pour leur soutien appuyé et la part active qu’ils prennent dans cette démarche.

Je me réjouis que cet appel ait été entendu et que le Département de l’Aisne puisse apporter sa contribution à cette nécessaire réflexion pouvant contribuer à une meilleure attractivité de nos territoires ruraux.

Nous croyons tous à l’avenir du monde rural et à celui de notre belle Thiérache.

Année après année, ce sont, notamment, les acteurs présents sur la Foire qui dessinent cet avenir en nous parlant avec toujours autant d’enthousiasme de l’amour de leur métier et du travail bien fait.

Cet avenir, ce sont les paysans, les artisans, les producteurs et les transformateurs qui le portent avec fierté grâce à leur savoir-faire.

Permettez-moi donc de vous remercier, toutes et tous, d’incarner avec tant de force cette ruralité dynamique et sincère, une ruralité créative qui se bat.

Nous avons tous à cœur de nous engager pour le développement de l’Aisne et de ses communes, dont celle de La Capelle, au cœur de cette Thiérache, emblématique d’un monde rural en souffrance mais qui n’abandonne pas.

Vous pouvez compter sur la mobilisation forte et constante du Conseil départemental pour redonner, à vos côtés, de l’espoir et des perspectives à nos campagnes et à notre beau département de l’Aisne !

Je vous remercie pour votre écoute.

Nicolas FRICOTEAUX

50e Foire aux fromages