Publié le 07 septembre 2018 - Mis à jour le

Les clauses d’insertion

Grâce aux clauses d’insertion, des Axonais éloignés de l’emploi peuvent profiter d’une expérience professionnelle sur des chantiers départementaux. Avec le soutien du Département, les entreprises embauchent des personnels motivés en recherche d’emploi.

insertion-clause-2020-chateau-villers-cotterets

Le Conseil départemental inclut dans ses marchés publics une clause d’insertion dans laquelle les entreprises s’engagent à employer des publics en insertion pour un nombre d’heures prédéfini. Divers domaines d’activités sont concernés : bâtiment, travaux publics, services, environnement, espaces verts… Le Département a constitué une cellule Clause d’insertion pour se positionner comme facilitateur auprès des entreprises.

 

Une passerelle vers l’emploi

Les clauses d’insertion concernent toutes personnes éloignées de l’emploi :

  • les bénéficiaires des minima sociaux (Revenu Solidarité Active, Allocation Spécifique de Solidarité…),
  • les demandeurs d’emploi de longue durée (inscrits à Pôle emploi depuis plus de 12 mois),
  • les jeunes de moins de 26 ans sans qualification et/ou expérience, sortis des dispositifs scolaires,
  • les personnes en situation de handicap (RQTH, AAH),
  • les personnes relevant d’un dispositif de l’insertion par l’activité économique…

 

Embauchée par l’entreprise en charge du chantier, la personne en recherche d’emploi est intégrée à l’équipe en charge des travaux (en CDD, CDI, contrat alternance, etc.). Un plus pour bâtir son projet professionnel et trouver un emploi durable !

 

Le Département accompagne les entreprises

La cellule Clause insertion du Département accompagne les entreprises ayant décroché un marché sous clause, dans une démarche d’engagements réciproques.

L’entreprise
  • communique ses besoins en recrutement au chargé de mission référent du Département,
  • respecte et justifie le volume d’heures de travail réservé aux publics en insertion, fixé dans le cadre du marché public.
Le Département
  • désigne un chargé de mission référent pour assurer l’accompagnement, le suivi de la mise en œuvre de la clause et la validation des profils.
  • peut constituer un vivier de candidats éligibles en fonction des besoins de l’entreprise et proposer des profils validés en amont de l’embauche avec les partenaires locaux (Pôle Emploi, Missions locales, Plie, SIAE, facilitateurs de la clause…).

 

Le chantier de tous les défis : le château de Villers-Cotterêts

L’inauguration de la Cité internationale de la langue française au Château de Villers-Cotterêts est prévue pour mars 2022. Chef de file des solidarités, le Département s’est engagé avec le Centre des Monuments Nationaux pour que ce chantier soit ouvert aux clauses d’insertion par l’activité économique dans les marchés publics.

 

Administrateur du château royal de Villers-Cotterêts, Xavier Bailly souligne le partenariat étroit qui s’est noué entre les services du Département et les Monuments de France pour que, dans les offres de marché public, un maximum de lots soient ouverts aux clauses. « Dès février, les deux premières embauches en insertion ont été signées par la société Altempo, via Humando entreprise de travail temporaire par l’Insertion (ETTI). Altempo déploie la « base vie » du chantier, soit 80 bungalows accueillant simultanément toutes les entreprises. »

 

D’importants travaux sont prévus, dans un délai très court. Dans ce contexte, on ne plaisante pas avec la logistique ! David Sers et Sébastien Parisot, tous deux Cotteréziens, sont devenus « hommes-trafic » pour la société EAS Sécurité. Leur mission : gérer les entrées et sorties des camions en respectant un planning serré. « Rigueur, souplesse, diplomatie et polyvalence, ils avaient le bon profil ! » Président d’EAS Sécurité, Oudéré Kankarafou met en avant la dimension sociale dans le mode de recrutement. « On ne fait pas de différence entre ceux qui viennent de l’insertion et les autres. Nous avons signé 2 CDI sans savoir qu'il s'agissait d'emplois francs qui ouvraient à des avantages. »

 

EN CHIFFRES

• 26 mois de chantier

• 20 000 heures d’insertion

• 10 marchés publics dont 8 marchés clausés

• 4 embauches de bénéficiaires de la clause d’insertion par l’activité économique dont 2 bénéficiaires du RSA recrutés en CDI (au 31 mai 2020)